Le Sac de Quantic Apodis 4 : Apocalypse

Askatu prend à son tour la parole :

« Je n’ai même pas eu le temps de finir ma nuit que l’alarme de mon holocom corpo m’a tiré du sommeil du juste.
Mes amis de Quantic Apodis n’avaient pas traîné pour découvrir l’ampleur des dégâts et Hesiode diffusait un message général :

« J’irai droit au but : nos hangars en empire ont été pillés et certains de nos vaisseaux ici-même ont disparu. Nous n’avons encore aucune piste concernant l’identité du ou des voleurs mais nous sommes certains qu’il s’agit de quelqu’un en interne. Nous vous demandons à tous de fournir vos matricules afin que nous analysions vos possessions matérielles et budgétaires. Vous êtes libres de refuser mais ce refus pourra être un motif de renvoi. »

Il n’était pas question pour moi de déférer à sa demande, je savais que, tôt ou tard, je serai confondu, mais j’avais deux chose à faire en attendant : d’abord aider Schulack à terminer l’installation de notre société écran Baltar Corporation dans le système worm qui, pensions-nous, allait nous servir de refuge le temps que l’orage passe.

Officiellement, cette corporation avait pour objet social d’exploiter le système worm de classe 2 dans lequel elle était basée, alors qu’en réalité nous réinjections la majeure partie des ressources pillées à Quantic Apodis dans la remise en état et la réhabilitation du système.

Ensuite, j’avais bien l’intention de profiter un peu du spectacle de la rage désordonnée de mes victimes.
Sur ce dernier point, je n’ai pas été déçu : j’ai assisté à une chasse aux sorcières particulièrement délicieuse, semaine durant laquelle cette corporation a révélé sa vraie nature : une meute de hyènes insatiables, avec pour seul ciment leur incapacité à assouvir seules leur appétit, et prêtes à se sauter à la gorge à la première occasion.

Quantic Apodis a même dû se fendre d’un communiqué de presse, exposant l’affaire au grand public.

Malheureusement, la suite fût moins heureuse : dernier membre de la corporation à ne pas fournir mes codes d’accès personnels, je me retrouvais rapidement en haut de la liste des suspects et les limiers de Quantic Apodis eurent tôt fait de faire le lien entre la Baltar Corporation et moi-même et de remonter jusqu’à notre système.

Il leur fallut moins de trois jours pour venir à bout des maigres défenses, dont nous n’avions pas eu le temps de finaliser la mise en place, et détruire l’ensemble des structures humanitaires que nous étions en train d’installer.

Pour ajouter l’humiliation à la défaite, ils vendirent ensuite les coordonnées du systèmes dévasté aux plus offrants des chiens de leur espèce.

Schulack et moi avons pu fuir, mais nous n’avons pas oublié.

Seule consolation, l’assaut ennemi est survenu avant que nous n’ayons pu investir plus qu’une petite partie de ce dont nous les avons dépouillés . En vous donnant ce qui reste, nous savons que vous en ferez bon usage au service de la Cause.

La dignité est dans la lutte, elle n’est pas dans l’issue du combat. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s