L’homme qui valait 5 milliards – 1ère partie

Lorsque Celui Dont Le Nom Sera Tu est entré en relation avec nous, il s’est présenté comme un intermédiaire, mandaté par la holding d’un très grand groupe pour nous transmettre une proposition. Une offre impossible à refuser, nous a-t-il précisé, avant de nous donner rendez-vous ce soir, pour un premier contact.

Les lumières de notre salle de guerre, où nous nous sommes réunis, s’estompent automatiquement lorsque la session holocom sécurisée démarre. Le visage de notre interlocuteur envahit aussitôt l’image, ou plutôt ce qu’en laissent voir des cheveux et une barbe noirs de jais. Son regard, noir également, est intense au point de provoquer le malaise. Monsieur X, nous l’appellerons comme cela, prend la parole.

« Messieurs, j’aime beaucoup ce que vous faites, et je ne suis pas le seul. Je représente les intérêts d’une corporation qui souhaiterait sponsoriser votre action.

A cet effet, une somme de 5 milliards a d’ores et déjà été versée sur un compte numéroté, que vous pouvez consulter au moyen de la clé de cryptage jointe au contrat que je viens de vous envoyer. La propriété du compte vous sera transférée dès que nous aurons scellé notre accord.

Je vous attends demain à la même heure, dans le salon d’honneur du Musée de l’Espace d’Amarr VIII, pour effectuer les formalités.

Je compte sur vous, à demain donc. »

La liaison prend fin dans un silence que seuls les reniflements nerveux d’Eagle Wood viennent troubler. Les lumières n’ont pas fini de se rallumer que Capitaine Stubing a vérifié le solde de ce compte bloqué, et nous confirme sa position créditrice de 5 milliards.

Nous sommes les Sleepers, en toutes circonstances, nous gardons la tête froide, un cadeau de 5 milliards, ça n’existe pas et nous disposons de 24 heures pour en savoir plus sur la provenance des fonds.

Les premières réponses tomberont au milieu de la nuit, lorsque notre IA Intelus parvient à transpercer les dernières sociétés écran et remonter à l’émetteur du virement qui a alimenté ce mystérieux compte numéroté, La Compagnie Impériale d’Astro-Archéologie Expérimentale : jamais entendu parler, et pour cause, le registre du commerce de New Eden signale que cette corporation a été liquidée il y a…près de 2.000 ans !

Quelques recherches nous apprennent qu’il s’agissait de la holding de tête d’un des plus grand groupes de l’industrie spatiale de l’Empire Amarr, alors naissante. A cette époque archaïque, le pod et le clonage n’existaient pas et les voyages étaient interminables à l’échelle d’une vie humaine.

L’Impériale, comme on l’appelait en ce temps là, fût à la pointe du développement des voyages transtellaires rapides, en participant de près à la conception et la fabrication des premières Jumpgates, jusqu’à ce que la perte de contrôle d’un worm hole artificiellement déclenché, provoque la disparition corps et biens de plus d’un millier de ses ingénieurs et techniciens, à la suite de quoi son dirigeant décida de la mettre en liquidation et de disparaître à son tour, pour éviter tout procès.

Tout cela ne nous dit pas comment Monsieur X a bien pu mettre la main sur tout ou partie du trésor de guerre de L’Impériale, mais peut-être en apprendrons nous plus demain.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s