Les archives secrètes de Let Us Sleep

archive et document

Yulai IX, Siège Administratif de Concord.

Dans son bureau exigu, Nakken Ukas songe, amer, à ses rêves caducs, à ses illusions perdues.

En intégrant la Division Sécurité de CONCORD, il espérait une vie d’aventure et d’action : manœuvrer dans l’écheveau des luttes d’influence entre les factions souveraines, commander une escadrille high-tech composée des vaisseaux les plus puissants de la Galaxie, jouer le jeu de l’infiltration et de la séduction avec de belles espionnes-corporate exotiques.

Mais au bout de quelques années, Nakken est bien obligé de constater que son boulot se réduit à protéger sa hiérarchie des lois qu’elle est censée faire respecter, scotché toute la journée derrière son holocom, traquant toutes les preuves et documents compromettants qu’il pourrait trouver…pour mieux les faire disparaître.

Quant aux belles espionnes, ce qui s’en rapproche le plus sont les stagiaires ivres-mortes qu’ils se font tourner entre collègues lors des séminaires corporate de fin d’année.

Aujourd’hui, sa mission consiste à nettoyer le dossier Let Us Sleep. Cette corporation fondée par des Sleepers, sévit depuis des années, principalement en espace haute sécurité, se livrant à tous les crimes possibles et imaginables, du racket à la piraterie en passant par la nécrophilie, souvent largement médiatisés. Et pourtant, elle n’a fait l’objet que d’une poignée de procédures d’information de la part de CONCORD, toutes soldées par des non lieux.

L’explication de cette mystérieuse impunité se trouve dans les milliards d’ISKs en liquide, atterris au fil des ans dans les poches d’un certain nombre d’agents haut-placés de CONCORD, qui se trouvent aujourd’hui un peu embarrassés pour en expliquer la provenance, maintenant qu’ils font l’objet d’une enquête interne.

C’est là qu’intervient Nakken Ukas : spécialiste de l’effaçage discret de données, il a été chargé d’étouffer l’affaire en faisant disparaître des archives de CONCORD  toutes les preuves à charge contre Let Us Sleep ; pas de preuves, pas de poursuites : voilà qui devrait blanchir sa hiérarchie qui pourra ensuite affirmer sans crainte qu’elle n’a jamais, les yeux dans les yeux, ni avant ni maintenant, détenu de compte caché, ou encore que les fonds perçus proviennent de la vente d’un BPC de Crucifier à un avocat Jove.

Voilà, c’est presque fini, toutes les données sont rassemblées, il ne reste plus qu’à les supprimer, les Let Us Sleep ne connaissent pas leur chance se dit Nakken en repensant à certains de leurs exploits diaboliques qui avaient défrayé la chronique : pillages, trahisons, persécutions…

Nakken se souvient également des  campagnes de presse et autres déclarations hilarantes de certaines de leurs cibles, dont les postures, tantôt moralistes, tantôt victimaires, mais toujours ridicules, rendaient presque leurs bourreaux sympathiques.

« Finalement, il y a peut-être moyen de rigoler en lisant tout ça avant de l’effacer ! «  se dit Nakken en se calant confortablement devant son holocom. Après tout, il a toute la nuit devant lui puisque rien ni personne ne l’attend dans l’atmosphère conditionnée de ses quartiers, saturée de la solitude amère qu’il exsude ainsi que d’une persistante odeur de pieds.

Nakken ne se doute pas encore qu’en commençant sa lecture, il s’embarque pour une croisière au fil de la haine, de la misère, de la peur, de la bassesse et de la cupidité.

Publicités

2 Réponses to “Les archives secrètes de Let Us Sleep”

  1. Hé, Clarisse Says:

    Si c’est pas du Curaçao, c’est merveilleusement bien imité 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s