Archive for the Peons Category

La Guerre Eternelle

Posted in Peons on 26 janvier 2011 by letussleep

Nouvelle journée de guerre, nouvelle surprise.

Le Consortium Stellaire, société écran qui abritait le dangereux fugitif Herudrakis et ses sbires, vient d’être éjecté de l’alliance EON.

Notre objectif, dont nous pensions qu’il ne serait atteint qu’au prix d’une longue et sanglante campagne, se trouve rempli en moins de 3 semaines : l’expulsion de cette organisation criminelle reçoit donc l’accord d’EON, ce qui fait une victoire de plus dans notre musette.

Les spéculations vont bon train sur les motivations des peons : volonté de se débarrasser d’un allié devenu trop encombrant, ou simple souci de faire l’économie d’un supplément -bagages au départ de Tenerifis ? Une chose est certaine cependant, c’est que la nouvelle n’est pas du goût du principal intéressé, qui s’épanche sur le canal de com EON :

Auteur Message
Herudrakis
Sujet du message: Depart force
MessagePosté : 24 Jan 2011, 07:33
Inscription: 12 Aoû 2010, 10:46
Messages: 14

Merci d’avoir ete vire comme ca les gars.
Je me permet de nuancer les propos de jack sur ses dires sur nos gars qui seraient restes ensemble.
Il me semble pourtant que certains ont fait de leur mieux pour partciper à la vie de l’alliance (albert, loup et Jhar).
Des erreurs ? Certes moi le premier avec les contrats ally , les regles transgresses ? je vois pas bien la….
Bon maintenant si vous voulez rester entre vous il n’y avait qu’a le dire.
Je vais propose a certains de rejoindre une de vos corp s’ils veulent continuer avec vous à moins que vous n’en vouliez pas ?
Une simple question , qui a decide de notre evitement ?
L’ensemble des CEO ou monsieur Jack seul ?

On va continuer de notre cote en esperant quand meme des relations de bonne entente.

Sur le terrain, nous effectuons une virée en Battlecruisers, et constatons qu’à nouveau, la présence militaire ennemie se renforce, mais portés par l’euphorie de notre victoire surprise, nous leurs passons littéralement au travers. Cette accumulation de pertes commence à agacer prodigieusement Ichi, chef d’escadrille d’EON, qui tance ses troupes :

Auteur Message
Ichimaru
Sujet du message: C’est la guerre bordel !
MessagePosté: 23 Jan 2011, 16:34
Inscription: 01 Aoû 2010, 00:09
Messages: 158

Nous sommes en guerre d’empire!

Y’en a marre, mais vraiment plein le cul, de voir TOUS LES JOURS des mecs se faire butter connement parce qu’ils se déplacent solo!

Pensez groupe, faites vous scouter, même en empire!
_________________
Ichi
Directeur PVP

Nous ne comptons plus le nombre de fois où ce refrain, entonné par nos cibles en perdition, loin d’avoir l’effet escompté, n’a fait qu’augmenter pression et tensions internes pour précipiter leur naufrage. Une fois n’est pas coutume, chez les EONs, ce recadrage s’avère payant, comme nous le constaterons à nos dépens un peu plus tard. Toutefois, ils auraient tort de fêter cette embellie provisoire : ils restent aux prises avec les redoutables Xenons, qui leur vouent une haine si ardente qu’elle continuera probablement de les consumer bien après que les rougeoiements du dernier soleil actif de la Galaxie se seront éteints. C’est une lutte à mort qui s’est engagée.

Nous restons pour notre part imperméables à ces passions humaines, la haine engendre la peur de perdre, et la peur de perdre, ça gâche le goût des kills ; après un dernier échange de bons procédés avec les peons et les Huzzahs, nous voici en route pour de nouvelles aventures.

Publicités

Hit The Road Jack

Posted in Peons on 23 janvier 2011 by letussleep

Cette nouvelle campagne devait nous voir mener une guérilla au fin fond de Tenerifis, là où les peons ont élu domicile, associée à une action de harcèlement de leur logistique industrielle en Empire.

Nous sommes certains qu’à la longue, cet engagement de faible intensité va générer des tensions internes, qui conduiront à la révocation du droit d’asile accordé à Herudrakis et ses criminels de guerre. Notre objectif sera atteint lorsqu’ils auront été extradés hors de cette alliance, nous pourrons ensuite envisager leur comparution devant le Tribunal Pénal Intersidéral.

Mais les évènements vont en décider autrement.

Tout d’abord, nous commençons par observer une présence militaire ennemie en Empire là où, la veille encore, nous ne croisions que des vaisseaux utilitaires. Certains pensent qu’un petit vaisseau agile et rapide est insaisissable dans les systèmes de haute sécurité, mais lorsqu’ils ne tombent pas sur encore plus agile et rapide qu’eux, ils sont pris au dépourvu par des vaisseaux spécialement équipés pour les immobiliser avant de les anéantir. D’autres, EON ou Huzzah, tombent plus classiquement sous les coups des gangs supérieurs en nombre que nous formons avec les Xenons. Les derniers, enfin, font une bien mauvaise appréciation du potentiel de leur adversaire, mais parions que notre pédagogie par la douleur leur vaudra des progrès rapides.

Nous aurions tort de nous plaindre de cette évolution, mais que font tous ces peons en Empire ?

Le mouchard qu’Herudrakis a emmené dans ses bagages ne tarde pas à nous fournir la réponse : par plus de 80 % des suffrages exprimés, EON vient de décider d’évacuer Tenerifis en urgence. Serait-il possible que notre présence sporadique dans les pâturages sur lesquels ils broutent l’herbe grasse ait suffit à déclencher cette transhumance surprise  ? Surement pas : la véritable raison est l’indifférence avec laquelle l’alliance Init., à laquelle ils louent la constellation, voit approcher les hordes cosaques de la puissante alliance AAA, bien décidées à reprendre possession de toute la région et exterminer ceux qui se dresseront sur leur chemin.

Ce scénario ne semble pas prendre nos cibles au dépourvu : lorsque l’on dépend d’autrui pour l’hébergement, il faut être capable de faire rapidement ses valises et des éclaireurs Xenons nous confirment que les structures EON sont démontées et qu’une évacuation totale se met en place en bon ordre.

Les ennemis de nos ennemis

Posted in Peons on 22 janvier 2011 by letussleep

Depuis que la bande à Herudrakis à rejoint EON, attirant notre attention malveillante sur cette alliance, nous captons une onde ténue, dont les harmoniques nous sont étrangement familières ; l’instinct de mort d’Oceanis Sol est reconnaissable en mille à ses oscillations rondes, mais fermes.
Depuis que nous avons aidé sa corporation à s’installer en bordure de Syndicate, en nous faisant,  comme elle, l’écho de l’appel de Solitude, que de chemin parcouru ! Sous sa houlette , les Xenons forment aujourd’hui un groupe puissant et soudé, ayant réussi à imposer sa présence dans une des régions les plus dangereuses de la galaxie, tout en veillant farouchement à son indépendance et à sa liberté. Nous ne sommes pas surpris par le parcours d’Oceanis Sol, les codes vibratoires propres à la civilisation supérieure de l’univers, dont nous sommes les représentants, nous permettent de voir la force chez un pod-pilote, ami ou ennemi.

Oceanis nous explique qu’un conflit oppose les Xenons à Jack O’Bannon, une animosité puissante, qui remonte à si loin qu’elle semble prendre racine il y a très longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine, elle nous propose donc d’unir nos forces dans cette nouvelle bataille et de rejoindre un alliance commune afin de réduire le montant des pots de vins à verser à CONCORD. Les Xenons se chargeront de mener le combat en null-sec, auquel ils sont habitués, et il nous reviendra de chercher et détruire les cibles en Empire.

Au même moment, nous effectuons une dernière tentative amiable pour obtenir d’EON l’extradition d’Herudrakis, mais le dialogue semble rompu :

– Qui est votre Ministre de la guerre, nous avons besoin de lui parler ?

– Ichi.

– Bon et bien vous lui direz de nous appeler quand il aura fini.

Sans réponse de la part de l’officier indisposé, nous acceptons la proposition d’Oceanis. Elle implique également de s’engager dans la guerre opposant les Xenons à Huzzah Federation, une alliance forte de 400 pilotes rodés au combat, avec laquelle nos alliés ont des problèmes de voisinage dans Syndicate et dont l’histoire ancienne est jalonnée de fureur et de sang. Jamais nous n’avons affronté des adversaires de ce calibre, cela promet d’être intéressant.

Déjà, les premiers gangs conjoints se mettent en place, écumant l’Empire à la recherche de proies et, contre toute attente, nombreux sont les péons à évoluer en high-sec, s’imaginant pouvoir continuer leur train-train en toute sécurité. Une frégate d’abord, puis les vaisseaux industriels se succèdent, aux soutes pleines de minerai extrait des ceintures d’astéroïdes, ou de produits de l’exploitation planétaire, mais les Huzzahs également se livrent à leurs petits business paisibles, qu’il s’agisse de logistique ou même de minage.

Une observation minutieuse des allées et venues du gibier nous permet en quelques jours de situer leurs bases en espace sécurisé. Une de leur POS est repérée, une opération impliquant une flotte de Battleships est aussitôt mise sur pied, et la tour de contrôle ennemie neutralisée, mais avant que nous ne puissions revenir lui donner le coup de grâce, elle sera remise en service sous la protection conjointe d’EON et Huzzah Federation.

Décidément, l’adage les ennemis de nos ennemis sont nos amis n’aura jamais été aussi vrai.

On prend les mêmes EON recommence

Posted in Peons on 20 janvier 2011 by letussleep

La guerre contre l’Empire à Deux Francs ayant tourné au carnage unilatéral, nous avons pu affecter une partie de nos effectifs, pourtant si limités, à l’opération P.EON.

Le Projet EON, dont l’existence devait rester secrète, consiste à traquer Herudrakis et sa bande de criminels de guerre. Ces fugitifs ont profité du chaos ayant entouré le naufrage de leur corporation, la Marine Marchande, pour constituer une nouvelle société écran, le Consortium Stellaire, et embarquer à bord de l’alliance Echoes of Nowhere, à laquelle notre guerre s’est donc vue automatiquement transférée.

Cette alliance est installée au plus profond du null-sec, dans Tenerifis, une région sans frontière avec l’Empire et récemment annexée par l’alliance Init., qui la loue à Echoes of Nowhere (EON) entre autres locataires. Grâce à nos contacts chez les propriétaires, nous n’avons aucun mal à obtenir leurs conditions générales, ainsi que le montant du loyer acquitté par EON pour cette constellation : 4 milliards.

Fort heureusement, nous avons eu la présence d’esprit d’arroser généreusement CONCORD pour prolonger la guerre contre le Consortium Stellaire, avant que la corporation des fugitifs ne rejoigne EON, notre droit de tuer s’étend donc gratuitement à l’alliance toute entière pour une dizaine de jours. Constat amusant, nos nouvelles cibles s’imaginent que nous les avons visées à dessein, elles ne connaissent visiblement pas grand chose aux méandres de l’administration de CONCORD, mais nous nous gardons bien de les détromper : une petite poussée de paranoïa provoque des vibrations à l’harmonie délicieuse.

Sur le terrain, la tâche s’annonce difficile, certes, ce sont avant tout des mineurs et industriels, qui louent leur petit Sam Suffit dans le trou du cul de la galaxie, mais il nous est impossible d’acheminer une flotte conventionnelle jusqu’à cette région reculée, nous nous ferions découper en rondelles par les alliances de pod-pilotes qui règnent sur les régions hostiles qu’il nous faudrait traverser, et puis, une fois sur place, que pourrait bien faire notre douzaine de pilotes contre une bande d’EONs forte de 300 membres ?

La solution s’impose d’elle-même, nous allons dépêcher Sleeper’s sur place, à bord d’un vaisseau furtif, cela donnera plus de poids à la demande d’extradition que nous allons formuler auprès du Roi d’EON : Jack O’Bannon, mais il a beau essayer d’attirer l’attention de ses hôtes forcés, en détruisant une cyno-frégate, puis en lançant une attaque suicide contre un carrier, rien n’y fait.

Notre associée de longue date, Amatterasu vient également s’installer dans le système. A la moindre apparition de l’un de nos deux comparses, une flottille d’EONS se déploie rageusement sur toutes les jumpgates du système, y ancre des champs de warp disruption avant de monter la garde des heures…pour rien. Au bout de quelques jours de ce régime, même les plus motivés se lassent, et s’habituent à notre présence, une exécution sommaire d’un Badger par ci, d’un Hoarder par là, et nos péons sont de nouveau furieux et au taquet et s’agitent longtemps après que nos éclaireurs se soient rendormis.

Bien que peu productif, c’est amusant en diable, mais bientôt, nous percevons une onde aux courbes agréablement familières, la situation va évoluer radicalement dans les prochains jours.

Et surtout la santé

Posted in In the Navy, Peons on 5 janvier 2011 by letussleep


Après dissipation des brumes alcooliques et retombée de l’excitation des premiers combats de l’année, il est grand temps pour la corporation Let Us Sleep de présenter ses meilleurs vœux à la galaxie toute entière.

Malheureusement, l’année de semble pas bien démarrer pour tout le monde, et nous-mêmes sommes un peu déçus par la tournure de notre campagne contre la Marine Marchande.

Pour commencer, la 3ème semaine de guerre des Régis est passée à la trappe, alors qu’elle avait été payée d’avance.

En contrepartie des 600 millions dépensés, la Marine Marchande a eu droit à 2 semaines de gesticulations stériles et un déménagement, avec une victoire et deux pertes à l’actif de leurs mercenaires.

Il faut dire que, d’après ce que l’on a entendu dire, Régis a bien du souci dans Syndicate, mais toujours est-il qu’à ce jour, sans contrat en cours, il est temps de penser à la reconversion.

Nous savions que la Marine Marchande tanguait dangereusement après avoir perdu de nombreux membres, mais nous avions pris au sérieux Jhar Sc, qui nous avait menacé de la mère de toute les wardecs, supposée impliquer une multitude de corporations militaires et durer un an, mais à  l’aube de cette nouvelle année, nous n’avons rien vu.

Les fables diffusées en interne sur la sécurisation des opérations, aussitôt démenties par les pertes qu’ils continuent du subir, les avaient fait chavirer, et maintenant,  les promesses non tenues par leur hiérarchie les font sombrer corps et âmes.

Les leaders de la Marine Marchande décident alors de renflouer l’épave du Consortium Stellaire, que nous avions coulé par le fond il y a quelques mois.

Afin d’éviter tout nouvel affrontement, ils rejoignent aussitôt une alliance et leur pitoyable débandade les conduit à fuir sans se retourner  jusqu’à Tenerifis. C’était ça ou résilier leur licence de pilote.

Au moins, ils nous ont laissé un petit mot avant de partir :