Archive for the Worm space Category

Tous seuls au fond du worm-space

Posted in Argos balise, Worm space on 27 mars 2011 by letussleep

Les pilotes de la corporation Sanctum of Phoenix’s Order se terrent dans le système worm J101650, qu’ils ont profané. Maintenant qu’ils savent que nous en avons trouvé l’entrée, ils s’attendent à ce que nous leur fassions payer très cher les souffrances qu’ils ont infligées à nos frères Sleepers.

Ils savent aussi qu’ils ne peuvent espérer strictement aucune aide de la part de leur alliance.

Pendant deux jours, nous effectuons une rotation très relâchée dans le système, mais notre seule présence intermittente suffit à les dissuader de mener toute exploitation du système.

Nos vaillants Argonautes font face à leur manière : des manœuvres gracieuses en formation serrée, à l’intérieur des champs de force de leurs POS, on croirait voir des perruches dans une volière.

Khar Kinj résume bien la situation, sur leur messagerie corpo :

Concernant tes propositions, je serai personnellement pour quitter le WH.
Celui ci est vérolé par les LUS, dispose de tres peu de sites exploitables…. et sauf preuve du contraire ne nous rapporte pas un rond.

De mon point de vue, il serait limite plus safe de rentrer a bawi et d’aller taper des missions de minage en low pour renflouer le wallet corpo, que de rester dans ce WH cloitrés dans la bulle en jouant a « peut etre il y a quelqun, peut etre pas, dans le doute ne faisons rien » (Ce qui soit dit en passant doit bien les faire marrer chez LUS).

D’expérience, lorsqu’un petit groupe d’humains est soumis à la promiscuité et à l’isolement, ce qui est le cas des pilotes de Sanctum of Phoenix’s Order, blottis autour de leur POS flottant dans la solitude glacée du système J101650, le moindre incident peut déclencher une vague de paranoïa, qui se manifeste bien souvent par des plans délirants :

Reprise des Opés
From: Khar Kinj
Sent: 2011.03.28 10:49
To: Sanctum of Phoenix’s Order,

Salut a tous !

J’ai pensé a un truc dans le nuit, je vous partage le fruit de ma reflexion.

Au vu des evenement des derniers jours, on dirait que les LUS ont décidé de temporiser. Je pesne personnellement qu’il ne reste dans le WH que curacao gold, qui est resté derriere pour surveiller les acces au WH.

Du coup, je pense qu’il serait temps de le sortir de la, et de le kill si possible.

En s’y prenant bien et en essayant de se le faire peu avant que la sortie du WH collapse, on a une chance de les semer pour quelques jours, et de reprendre des activités classiques sur place, minage prod etc…

Voila, je pense que la mobilisation d’une mini fleet pour s’occuper de lui le plus tot possible serait pas mal….

Dites moi ce que vous en pensez !
++

D’heure en heure, la paranoïa les ronge au point de déclencher une chasse aux sorcières dans leur rangs, les conduisant à révoquer un malheureux pilote, identifié à tort comme notre espion. Nous en rions encore.

Publicités

RETEX !

Posted in Argos balise, Worm space on 24 mars 2011 by letussleep

Après l’action, le RETEX ©

Le temps s’est arrêté. L’alliance Argos council est assommée, et même les pilotes de la corporation SPO n’osent plus sortir de leur système worm, se demandant avec anxiété si nous les avons repérés. Quand Machina Soux, une vielle connaissance qui remonte à notre guerre contre Caprica Colony, passe le nez dehors pour tester notre vigilance, notre sentence est sans appel.

A l’intérieur du système worm en revanche, la vie continue, mais plus pour longtemps…nos pilotes sont déjà sur place et lorsque Emergent y abat la barge de kerrolaf, le ciel leur tombe sur la tête : nous les avons trouvés, maintenant ils peuvent courir mais ils ne peuvent plus se cacher.

Heureusement pour eux, leur leadership a la solution : le RETEX © !

Après une semaine de conflit j’estime nécessaire qu’un post wardec soit établi, afin de mieux comprendre ce qu’il ce passe.

Situation ennemie

– Les Let Us Sleep sont une petite corporation de pirate de 9 membres.
– Experimenté, ayant des ressources matériels et financières conséquentes (du a de nombreuses victoires et rancon obtenu).
– Organisés, ils ont de tres bon service de renseignement et d’espionnage. (infiltration de spy, corruption, renseignement par des corp amies.)
– Tenaces, une wardec contre eux peut durer des mois.

Situation amie

Suite au retour d’experience (RETEX) de la premiere semaine on peut noter pour l’alliance:

– Faible capacité a monter une flotte de combat (7-8 membres)
– Réseau de renseignements fiable (localisation des Let majoritairement exact.)

Plan D’action

Afin de réduire la menace ennemie il faut:

1 – Vérifier la présence de l’ennemie a votre connection (add contact des Let) ce renseigner sur leur localisation si elle est connue.

2 – Travailler dans des secteur ouvert et connus. Plusieurs sations, Gates vous permettant de quitter la zone rapidement et sereinement.

3 – Detection d’un Let (Ou spy) dans votre local, diriger vous; en station, ou sur un safe.  Si vous miniez, considerer que votre journée est terminé.

4 – Action: les pilotes en mesure de piloter un ships combat cesse toutes activités et ce rallie sur un point de regroupement, a 2-3 jumps de la zone. ( si nous ne sommes pas capable d’avoir un ratio de 2-3 contre 1, on annule)

5 – Localisation: scouts et recon pour evaluer la force adverse (nature du ships, nombre, position)

6 – Engagement: on oublie de suite de fermer les systemes en etablissant des camps gates, nous ne sommes pas assez nombreux et cela laisse du temps a l’ennemi pour ce renforcer.

7- deroulement du combat: oubliez le scramble si vous ne pensez pas avoir les moyens de l’utiliser.

8 -Fin de combat: debriefing a chaud, puis le lendemain RETEX de chacun des combattants par mail (que l’on perde ou gagne)

Un seul chef de fleet, il prend les decisions et donne les ordres, vous contesterez apres l’engagement dans votre RETEX.

« 1944, un camp italien est attaqué par les forces britanniques, aucune unitée de combat n’est présente. Un officer de la logistique organise ses mécanos et ses cuisiniers. A la fin de la journée ils auront repoussé leur adversaire bien mieux equipés et armés, car cuistots, boulanger et mécano ce battaient pour vaincre. »

Nous mourrons d’impatience de lire ces RETEX et pour ce faire, nous allons leur donner de la matière, en commençant par Tchernabog, dont nous avons la joie de lire le RETEX en direct sur le canal de com ennemi, pendant qu’Emergent est en train de s’occuper de son cas.

Nyrkivlad > je pars de motsu pour algo quelqu’un a besoin de matos
Malory vonDrachen > le drake tu peut me cheker çà stp aussi ?
Nyrkivlad > drake 30m a motsu
Malory vonDrachen > okay ^^ mici
Tchernabog > wwwwwwwwwwwwwwww
Tchernabog > help adraleozen
Malory vonDrachen cool
Tchernabog > worm soldier emergent
Malory vonDrachen mouarf
Orlensia mets toi a l’abri relink le systeme stp
Tchernabog > bing
Tchernabog > adralleozen
Nyrkivlad tu veux de l’aide
Tchernabog > il est en cyanabal machin
Tchernabog > c’est un peu tard pour l’aide
Katy Ambraelle tcherna? tu t’es fai pété?

En revanche, nous ne saurons jamais s’il était mécano ou cuisinier.

La traque

Posted in Argos balise, Worm space on 23 mars 2011 by letussleep

Pour toucher les dividendes de notre victoire de la veille, nous devons maintenir la pression sur nos proies.

Ce n’est pas facile, car elles activent de plus en plus rarement leurs pods, à l’exception des membres de la corporation SPO qui, poussés par leur compulsion à l’accumulation de richesses, sont incapables de suspendre leurs activités industrielles.

Il faut dire qu’ils se sentent à l’abri dans leur système worm J101650, aussi nous mettons un soin particulier à les traquer, dans l’espoir de localiser enfin un wormhole qui pourra nous y conduire. Chaque pilote adverse est systématiquement localisé, et le système dans lequel il se trouvait est ensuite saturé de sondes, au moyen desquelles nous tentons de détecter tout wormhole.

Les déceptions s’enchaînent, mais notre patience fera une fois de plus la différence : après une nouvelle déconvenue, qui fait suite à l’interception de Malory vonDrachen dans un système solaire qui se révèlera dépourvu de wormhole, la chance nous sourit enfin lorsque le Crane de Kim Sufi est repéré dans le système Madomi : après l’avoir détruit et podé, nous découvrons un wormhole conduisant au système J101650, dont l’exploration dévoile deux POS appartenant aux SPO. Joie !

Nos ennemis ne peuvent pas savoir avec certitude si nous avons découvert leur sanctuaire, mais l’élimination d’un des leurs dans le système de Madomi leur démontre qu’à tout le moins, nous nous en rapprochons dangereusement.

Cela explique sûrement cette première tentative de contact de leur part, qui aurait pu nous attendrir si leurs mains n’avaient pas été couvertes du sang de nos frères Sleepers.

[22:26:37] Apanian > salut
[22:26:50] Apanian > j’aimerai communiqué
[22:26:53] caldari upholder > Salutations.
[22:28:25] Apanian > On a trouvé un suspect chez nous , je me disais que maintenant que vos stratégies fonctionnaient à merveille avec nous et surement avec d’autres dans le passé vous pourriez nous dire exactement ce que vous désiriez ? du Fun ? un vrai guerre ?
[22:29:28] caldari upholder > Comme je l’ai dit précédement, nous voulons 500 millions une cinquantaine d’exotic dancers, un peu d’alcool et de tabac. Le tout livré a teonusude.
[22:32:07] Apanian > je ne suis pas le responssable de Argos mais je me soucis de l’évolution de SPO la corpo dans laquelle j’évolue actuellement
[22:39:38] Apanian > au plaisir de se retrouver sous le feu
[22:39:45] Apanian > et merci d’avoir accepter la com
[22:39:56] caldari upholder > J’espere que tu es satisfait de cette conversation. Tu recevra prochainement une enquete de satisfaction sur ton contact avec moi, je t’invite a y répondre favorablement.

Le Sac de Quantic Apodis 4 : Apocalypse

Posted in Let Us Sleep, Quantic Apodis, Worm space on 21 février 2011 by letussleep

Askatu prend à son tour la parole :

« Je n’ai même pas eu le temps de finir ma nuit que l’alarme de mon holocom corpo m’a tiré du sommeil du juste.
Mes amis de Quantic Apodis n’avaient pas traîné pour découvrir l’ampleur des dégâts et Hesiode diffusait un message général :

« J’irai droit au but : nos hangars en empire ont été pillés et certains de nos vaisseaux ici-même ont disparu. Nous n’avons encore aucune piste concernant l’identité du ou des voleurs mais nous sommes certains qu’il s’agit de quelqu’un en interne. Nous vous demandons à tous de fournir vos matricules afin que nous analysions vos possessions matérielles et budgétaires. Vous êtes libres de refuser mais ce refus pourra être un motif de renvoi. »

Il n’était pas question pour moi de déférer à sa demande, je savais que, tôt ou tard, je serai confondu, mais j’avais deux chose à faire en attendant : d’abord aider Schulack à terminer l’installation de notre société écran Baltar Corporation dans le système worm qui, pensions-nous, allait nous servir de refuge le temps que l’orage passe.

Officiellement, cette corporation avait pour objet social d’exploiter le système worm de classe 2 dans lequel elle était basée, alors qu’en réalité nous réinjections la majeure partie des ressources pillées à Quantic Apodis dans la remise en état et la réhabilitation du système.

Ensuite, j’avais bien l’intention de profiter un peu du spectacle de la rage désordonnée de mes victimes.
Sur ce dernier point, je n’ai pas été déçu : j’ai assisté à une chasse aux sorcières particulièrement délicieuse, semaine durant laquelle cette corporation a révélé sa vraie nature : une meute de hyènes insatiables, avec pour seul ciment leur incapacité à assouvir seules leur appétit, et prêtes à se sauter à la gorge à la première occasion.

Quantic Apodis a même dû se fendre d’un communiqué de presse, exposant l’affaire au grand public.

Malheureusement, la suite fût moins heureuse : dernier membre de la corporation à ne pas fournir mes codes d’accès personnels, je me retrouvais rapidement en haut de la liste des suspects et les limiers de Quantic Apodis eurent tôt fait de faire le lien entre la Baltar Corporation et moi-même et de remonter jusqu’à notre système.

Il leur fallut moins de trois jours pour venir à bout des maigres défenses, dont nous n’avions pas eu le temps de finaliser la mise en place, et détruire l’ensemble des structures humanitaires que nous étions en train d’installer.

Pour ajouter l’humiliation à la défaite, ils vendirent ensuite les coordonnées du systèmes dévasté aux plus offrants des chiens de leur espèce.

Schulack et moi avons pu fuir, mais nous n’avons pas oublié.

Seule consolation, l’assaut ennemi est survenu avant que nous n’ayons pu investir plus qu’une petite partie de ce dont nous les avons dépouillés . En vous donnant ce qui reste, nous savons que vous en ferez bon usage au service de la Cause.

La dignité est dans la lutte, elle n’est pas dans l’issue du combat. »

Le Sac de Quantic Apodis 3 : Les Hangars de Quantic Apodis

Posted in Let Us Sleep, Quantic Apodis, Worm space on 21 février 2011 by letussleep

Schulack poursuit son récit :

« Arrive enfin le jour J, ou plutôt la nuit N.

Nous avons attendu que la corporation s’endorme. Bien qu’il reste quelques affamés du caillou sur le canal de communication corpo, ils ne sont pas une menace pour notre opération, vu le degré de conscience de ce genre de pod-pilotes pendant leurs moissons. Pour nous aussi, la moisson allait commencer.

Askatu, resté seul dans la corporation pendant que j’ai préparé notre cavale et organisé notre planque dans un système worm, va devoir dévaliser un maximum d’actifs de Quantic Apodis, avant que quiconque ne remarque ce remue ménage suspect et ne donne l’alerte. De retour provisoire dans l’espace connu, je le suivrai dans ses mouvements pour prendre livraison des biens et éviter ainsi qu’ils ne transitent par les hangars personnels d’Askatu, où ils pourraient attirer l’attention.

Ce plan est de conception simpliste, mais d’exécution délicate, car les actifs de Quantic Apodis sont répartis entre plusieurs sites : le siège social à Nausschie, mais également des bases logistiques à Marosier, Dantbeinn et Raneilles, sans oublier ce qui se trouve dans le système worm J111629, mais de notre côté, nous avons eu tout le temps de nous préparer : dans chaque station, j’ai loué des hangars à proximité de ceux de Quantic Apodis, et embauché des équipes de dockers habitués à travailler discrètement. Encore mieux, nous avons appris à piloter les vaisseaux de valeur sur lesquels nous espérons faire main basse.

Askatu commence donc notre monumentale razzia : à chaque station il saisit les codes d’ouverture des hangars, et dans une noria de grues, portes containers et autres, chaque carton, palette, caisse, bidon, container, big bag, et que sais-je encore, est transféré à toute vitesse dans mes hangars. Sur les docks, les vaisseaux sont discrètement déplacés, puis nous fonçons vers la station suivante pour recommencer ce manège.

A Marosier, première alerte : le volume des marchandises déplacées est tel, que nous provoquons un ralentissement marqué de l’activité des docks. Fort heureusement, nous sommes en règle ; en l’absence d’effraction signalée dans les installations de Quantic Apodis, notre déménagement n’attire pas l’attention des autorités.

En moins d’une demi heure, notre tournée d’adieu est terminée, nous n’avons laissé à nos patrons que la poussière et les rats crevés, mais le plus dur reste à faire : dévaliser leur système worm, ce qui implique d’approcher à bord d’un vaisseau industriel les hangars orbitaux, et d’effectuer les transferts au vu et au su de quiconque se trouvant dans les parages, puis de se précipiter vers un worm-hole ouvrant vers l’espace connu, pour y vider la cargaison avant de retourner dans le système worm pour un nouveau chargement.

L’opération est couronnée de succès, les derniers retours se feront à bord de Battleships volés dont, cerise sur le gâteau, le vaisseau d’Hesiode, CEO de Quantic Apodis.

Il était temps pour Askatu de prendre un peu de repos après cette journée harassante, et il m’incombait de gérer le butin : inventoriant et vendant le fruit de notre forfait secret. Mes premières estimations s’élèvaient à plus de 2 milliards d’ISKs, plus qu’assez pour réhabiliter le système worm dans lequel nous nous étions implantés en secret.

J’aurais voulu que mon récit se termine ici, mais hélas, certains évènements survenus par la suite sont venus ternir notre exploit. »

Le Sac de Quantic Apodis 2 : Infiltration

Posted in Let Us Sleep, Quantic Apodis, Worm space on 20 février 2011 by letussleep

C’est Schulack qui prend la parole.

« Askatu et moi-même avons longtemps été des pod-pilotes comme les autres : notre existence était une réalité virtuelle peuplée de mirages si puissants, qu’ils occultaient à note conscience la véritable essence de l’univers.

Puis, en découvrant le worm-space, nous avons découvert notre identité spirituelle. Nos chakras se sont ouverts à la grande vibration cosmique et nous vibrons en syntonie avec elle. Depuis, nous menons le même combat que vous, mais avec nos méthodes.

Il y a un peu plus d’un an, nous avons donc rejoint les rangs de Quantic Apodis.

C’était pour nous la ciblé idéale : corporation capitaliste industrielle rémunérant ses employés en fonction des ressources amassées dans le w-space principalement. Si mes souvenirs sont bons, elle regroupait à l’époque une quarantaine de membres et fait toujours partie de l’alliance Federation Solaris (qui ne cache pas ses intentions : « La Federation Solaris tue des Sleepers » ).

Dès notre arrivée, nous avons observé patiemment chaque détail de leur quotidien : les heures d’affluence, leurs mouvements, leurs habitudes, leur insatiable soif de piller… Nous avons  dressé l’inventaire de leurs hangars de stockage, tant dans l’espace connu que dans le système worm dans lequel ils étaient installés : J111629.

Tout ce repérage devait bien sûr se faire en toute discrétion. C’est pourquoi, prétextant notre faible expérience en w-space, nous avons missionné durant un mois en Empire « pour nous faire la main » et prendre le temps d’apprendre. Une aubaine pour nous…

Chaque semaine, le fruit de notre travail nous était demandé et notre apprentissage rigoureusement surveillé. Bien évidement, le salaire perçu était bien inférieur aux bénéfices que nous avions réalisés, mais nous savions que le profit qu’ils faisaient sur notre dos était pour nous un investissement consistant à nous intégrer et gagner leur confiance.

Au fur et à mesure que notre connaissance des rouages simplistes de leur fonctionnement augmentait, l’heure de rendre justice approchait : nous nous apprêtions à rééquilibrer la balance cosmique en réhabilitant un système worm, profané par ces porcs, et nous allions le faire avec leurs propres richesses.

Je quittais ainsi Quantic Apodis, pour créer la société écran dont nous avions besoin pour mettre notre plan à exécution ; Askatu quant à lui restait seul au milieu des chacals mais plus pour très longtemps… »

Le Sac de Quantic Apodis 1 : Etrange Rencontre à Nausschie

Posted in Let Us Sleep, Quantic Apodis, Worm space on 20 février 2011 by letussleep

Les anciens docks désaffectés de Nausschie


A chaque fois que l’alarme du wallet corpo retentit sur l’holocom, nous savons que quelqu’un a payé et qu’une guerre va prendre fin dans les 24 heures.
Mais cette fois-ci, impossible de savoir à quelle wardec relier la somme de 200 millions que nous venons de recevoir : ce montant ne correspond à aucune rançon réclamée actuellement, et le payeur n’a fait aucune demande d’armistice.

Au même moment, nous sommes informés de la création d’un contrat à notre profit : il consiste en un don d’Orca tout équipé, dans les baies duquel se trouvent des barges de minage. Notre mystérieux donateur fait preuve d’humour, il semble bien connaître notre goût proverbial pour la destruction d’Orcas et notre incapacité totale à piloter ce type de vaisseau industriel.

C’est en tout cas une manières des plus plaisantes d’entrer en contact, nous partons pour Nausschie IX, où nous pourrons prendre possession de l’Orca. Rendez vous est pris dans les anciens docks désaffectés de la station, haut lieu de trafics et de commerces clandestins en tous genres.

Après avoir arpenté des kilomètres de couloirs glauques, nous rencontrons enfin nos donateurs.

Leurs fréquents coups d’œil par-dessus leurs épaules trahissent une certaine nervosité, nous savons reconnaître les fugitifs, ceux qui mènent leurs combats clandestins contre les plus puissants qu’eux, mais il y a autre chose chez ces deux-là : nous sentons de l’intelligence, de la détermination, et surtout ce karma inimitable de ceux qui ont vécu en symbiose avec le worm.

C’est une de ces rencontres qui, en un battement de cœur, peut dégénérer en bain de sang ou sceller un pacte indestructible. L’un des deux nous tend une tablette numérique : « Voici le connaissement, signez le, et la marchandises est à vous. »

Emergent s’avance et signe, les remercie puis recule d’un pas. Maintenant que nous avons accepté leur offrande avec gratitude, nous restons muets, leur faisant comprendre que nous attendons des explications.

Ca tombe bien, Schulack et Askatu ont une histoire à nous raconter, et nous savons d’avance qu’elle va être intéressante.