Mais qui sont-ils ?

LET US SLEEP

Attirés par le coté obscur d’Eve Online, des joueurs se lancent dans la piraterie et autres méfaits diaboliques.

Ils se feront appeler les Sleepers, créatures mystérieuses et terrifiantes, hantant l’espace inexploré.

Leur objectif : semer misère et dévastation sur leurs cibles.

Leur technique : utiliser tous les moyens à leur disposition, de l’infiltration à l’assaut armé, de la guerre d’usure au commando suicide, pour prendre l’avantage.

Leur point fort : une patience infinie.

Leur point faible : les isks. Ils en raffolent et il est toujours possible de leur acheter la paix moyennant rançon.

Les Sleepers n’ont qu’une parole, aucune guerre n’a été prolongée ou déclarée après paiement d’une rançon, et la confidentialité la plus totale a toujours été observée à ce sujet…à condition que le payeur respecte également ses engagements.

En savoir plus

Mais que font-ils ?

Portraits

Amatterasu

Les corporations recrutent, elles ont besoin de main d’œuvre, elles ne se renseignent que très peu sur les nouvelles recrues et leur font une confiance bien trop importante à mon goût.

La preuve : j’ai décidé de recruter Amatterasu, dépourvue de tout sens moral, vicieuse, violente et totalement acquise à la cause des Sleepers, j’ai donc pris en charge sa licence de pilote, je lui ai enseigné les bases du pilotage, et lui ai dès que possible fait incorporer une nouvelle famille…elle nous le raconte :

« La première corpo : Ad Libitum, le tout est de se faire passer correctement pour une noob, d’avoir l’air étonnée lors de la première vue d’une POS, de faire semblant de ne pas en comprendre le fonctionnement, d’avoir peur de traverser un worm, ou de prendre une mission en low-sec, de ne pas répondre aux interrogations des autres pilotes alors que l’expérience de tout ça m’a été transmise par mon parrain. Au moment de ma présence chez Ad Libitum une opération  était en cours dans le w-space ! Parfait, amusons nous sur mon terrain de vie, je le maitrise parfaitement ! Cela aura permis à mes parrains Sleepers quelques opérations commando, rapides, faciles et efficaces, mais cette corpo n’a pas de véritable structure industrielle, difficile de trouver une cible vraiment juteuse. »

Amatterasu démissionne donc pour chercher une autre corporation plutôt axée minage, en consultant les forums nous trouvons enfin une corpo, Caprica Colony, leur histoire me plait, le destin d’Amatterasu s’apparente fortement à celui d’un cylon, créature mythique dont ils parlent souvent…

« C’est parti, tout d’abord je les approche et propose mon aide, j’apprends qu’ils vont tenter d’exploiter les ressources de nos worms, ceci me met hors de moi, je repère donc le système qu’ils tentent de piller, ils ont déjà installé leur POS à l’intérieur, comme si ils vivaient ici, ceci n’est pas acceptable, nous sommes totalement révoltés. »

Les Sleepers partent aussitôt à l’assaut du système J133052 afin de leur faire passer le goût de recommencer, l’opération est un succès ! Amatterasu a du se sacrifier afin d’effacer tous soupçons, le lendemain Amatterasu était une héroïne aux yeux de la Caprica Colony, parfait !

Mais la guerre contre Caprica Colony touche alors à sa fin, il est temps pour Amatterasu de passer à autre chose.


Capitaine Stubing

Q : Bonjour Capitaine Stubing, vous faites partie de la corporation Let Us Sleep depuis sa création, alors on a envie de vous demander : êtes vous un pirate dans l’âme, prenez vous plaisir à tuer des industriels sans défense ?

R : Ne mélangeons pas tout. Il s’agit avant tout d’une décision patrimoniale : j’ai investi dans des parts de cette corporation, point barre, après je ne suis pas responsable de tout ce qui peut arriver.

Capitaine Stubing et l’une de ses jeunes élèves, de retour d’une balade en pod.

Q : Pourtant, on voit votre nom apparaître sur de très nombreux rapports de combat.

R : Encore une fois, vous avez l’amalgame facile : dans 99% des cas, j’utilisais des procédés non violents, les ECMs, pour faire cesser le combat. Mais je ne peux pas, à moi seul, mettre un terme à la folie des hommes.

Q : Ca c’est un scoop, je pensais que vous deviez votre grade de Capitaine à vos exploits guerriers.

R : Pas du tout, en fait c’est moi qui ramène les Sleepers en Badger, lorsqu’ils ne sont plus en état de piloter : je suis Capitaine de soirée.

Q : On dit que vous êtes très impliqué dans la défense du worm-space et de ses habitants.

R : Ca en revanche c’est vrai. Du worm-space, les habitants de New Eden ne connaissent que les systèmes abandonnés par les Sleepers et leurs dispositifs de défense automatiques, qu’ils pillent comme des barbares, sans aucune considération pour notre belle civilisation.

Q : Et que faites vous pour votre peuple ?

R : L’éducation est la clé de l’avenir. J’ai  ouvert plusieurs pensionnats de jeunes filles, elles y apprennent l’obéissance, la cuisine, les bonnes manières et la gymnastique, avant que je ne les introduise  personnellement  dans l’espace connu.

Q : Euh, c’est à dire ?

R : Notre civilisation est en perte de vitesse, je les tire toutes les unes après les autres de la misère, en les aidant à s’installer dans New Eden.

Q : Mais que deviennent-elles ?

R : Et bien les pod-pilotes vivent isolés à bord de vaisseaux perdus dans l’espace. Ils sortent rarement de leurs pods,  ils prennent du poids, se négligent et finissent souvent dans une grande misère affective. Je leur offre la possibilité de rencontrer l’amour.

Q : Que proposez vous à ces pilotes ?

R : Vous n’avez pas trouvé la femme qu’il vous faut dans l’espace connu ? Ça ne fait rien ! J’ai beaucoup de femmes sleeper magnifiques – elles recherchent leurs partenaires pour la vie, juste comme vous ! Croyez-moi, une femme sleeper est un vrai trésor: elle est non seulement affectueuse, romantique, propre et sensuelle, mais en plus la famille traditionnelle signifie beaucoup pour elle. Elle peut être une épouse fidèle et saura vous prodiguer des soins attentifs. A 100 millions d’Isks l’âme sœur, ou 250 millions les 3, livrables sur Jita, Amarr ou Rens avec leurs certificats vétérinaires, ça serait dommage de se priver !

Q : En résumé : non violent, capitaine de soirée engagé dans l’humanitaire et porteur d’un message d’amour, finalement on est bien loin de l’image négative que les médias ont de vous.

R : Dans New Eden, ma réussite rend jaloux.

Q : Merci mon Capitaine, de nous avoir accordé cette interview.

R : De rien. Maintenant prends ton enveloppe et dégage.

Hekariss

Q : Tout d’abord bonsoir Hekariss… vous êtes un pod pilote connu pour avoir occupé de très hautes fonctions dans la corporation Ad Libitum, avec à votre actif un développement important des effectifs, suivi du pilotage de son intégration au sein d’une alliance en 0.0. Plus récemment on vous a vu exercer quelques responsabilités au sein de la corporation Impact, puis vous avez presque disparu des écrans radar. Quelles sont les raisons de cette éclipse ? Certains confrères ont fait état de problèmes de foie ?

R : Sans aucun rapport : grâce aux bénéfices que j’ai tiré du montage financier d’Ad Libitum, je me suis fais greffer il y a quelques semaines un foie de nourrisson fraîchement défenestré. Reconnaissons que la crise sociale actuelle et sa cohorte de mères déprimées peuvent avoir une influence positive sur le chiffre d’affaires des débits de boisson. Pour répondre à votre question, je faisais ces derniers mois un point sur mon parcours évien : j’ai pu ainsi découvrir que j’avais exploré de nombreuses facettes du jeu mais qu’il manquait à ma main la carte dite du « Gros Enculé que Tout le Monde Déteste ».

Image d’archive : Hekariss en plein plan social dans les locaux d’Ad Libitum

Q : Le public est surpris par cette nouvelle orientation dans votre carrière de capitaine d’industrie / chef de guerre / maître de la galaxie. Est-ce que cette embauche dans une micro-corporation d’amateurs, de va-nu-pieds du gankage de barge, constitue un revirement dans vos ambitions ? Franchement, comment avez-vous pu tomber aussi bas ?

R : Je pense que ma haine des barges a toujours été présente. Est-ce une question d’esthétique – car quoi de plus laid que ces briques marrons qui polluent l’espace et piétinent allégrement les belts tant et si bien qu’on n’y trouve plus trace de la plus mignonne girolle ou du moindre cèpe, alors même que l’automne pointe son mufle ? Est-ce du au fait d’avoir skillé le métier de mineur à l’extrême pour finalement me rendre compte que je gagnais plus d’isk en délivrant à la sauvette quelques caresses buccales en station ? Peu importe, en fait. Je crois surtout que j’ai développé une allergie aux soit-disant corporations de PVE qui ne sont bâties que sur l’égo fragile de quelques CEO délicieusement imbus de leur pitoyable capacité à s’adjoindre une foultitude de crétins dont la présence dans un univers multijoueurs relève plus du masochisme que du plaisir ludique.

Q : Vous avez toujours bénéficié d’un important capital sympathie. Etes-vous conscient que la fréquentation de pitoyables pirates sans honneur risque de cisailler votre cote de popularité ?

R : Attendez, êtes-vous en train de me dire que Let Us Sleep regroupe des pirates ? Il semble que vous soyez mal informé : il m’a été garanti que mes standings NPC ne seraient pas mis en péril grâce à l’usage intensif de wardecs… Vous parliez bien du capital sympathie auprès des NPC ?

Q : Comment avez-vous rencontré ces délinquants lâches et incapables ?

R : Quand quelques individus arrivent à attiser la haine d’un grand nombre d’autres, j’ai toujours une tendance malsaine à prendre leur parti – mes amis Roms confirmeront. Par ailleurs, Let Us Sleep s’était amusé à infiltrer mon ancienne corporation – acte courageux dont je n’ai pris connaissance que récemment – et le fait qu’ils aient flambé les corps grasseyants de quelques uns de mes anciens administrés m’a immédiatement porté à les respecter. J’ai donc pris contact avec un gars qui connaissait un type dont la cousine était baby-sitter du fils de la concierge d’un CEO qui déjeunait régulièrement avec le meilleur ami de la femme d’un ancien membre de la CIA. Mais ça ne m’a mené à rien de concret. Finalement, je suis passé par un obscur chan public après avoir versé un pot-de-vin à un gros type plutôt intimidant qui s’est révélé être un alt d’un des Sleepers. Comme quoi, avec un peu d’ingéniosité, tout est possible.

Q : On dit que Let Us Sleep est un cercle très fermé, savez vous pourquoi ils ont fait une exception pour vous ?

R : A ce propos, je tiens à préciser que je suis en période d’essai. Cette mise à l’épreuve se caractérise essentiellement par le fait que je suis web/scramblé en permanence par mes coéquipiers quand nous sommes en fleet, ceci afin de couper court à toute velléité de fuite. Quant aux motifs de mon incarc… incorporation, je dois souligner que j’ai du déposer sur un compte hébergé dans une banque de Jove une somme d’un montant plus que conséquent puisqu’elle permettrait de racheter cash environ un tiers des souverainetés en 0.0. Contractuellement, il est précisé que cette somme me sera restituée à ma mort. Les responsables m’ont promis qu’un double du contrat me serait prochainement remis.

Q :  Une grande interrogation concerne les origines de vos nouveaux collègues. S’agit-il de véritables Sleepers, de mythomanes pervers ou plus simplement de Caldaris sans papiers ?

R :  Désolé, mais le contrat cité précédemment comporte une clause de confidentialité. Mais si ça reste off, je peux vous confier un truc : la majorité des membres sont des mannequins d’Elite qui se défoulent le soir, après les défilés. Je tiens cette info du recruteur. Sérieusement, vous pensiez que j’aurais pu m’engager sans une très bonne raison ? Je suis pas complètement con.

Eagle Wood

Q :  Eagle Wood, vous êtes l’un des rares habitants de New Eden à côtoyer de près les Let us Sleep, tout d’abord, comment expliquer cela ?

R : Je suis le fruit d’expérimentations longues et abouties, mon seul choix a été de vivre avec, je m’en accommode pour le moment assez bien.
Je n’arrive pas à développer mes aptitudes, j’ai compris très vite que je n’étais plus maitre de ma destinée, je suis un pantin qui n’a reçu que quelques skillbooks…

Q : Ca ne répond pas à la question, mais pouvez vous développer ?

R : Oui. Par exemple si vous considérez une plante, elle va pousser sauf que sa croissance sera déterminée en fonction de l’eau, de la qualité du sol alors que…en fait non, c’est pas pareil, c’est plutôt…en fait c’est vraiment compliqué.

Eagle Wood, très chargé comme à son habitude.

Q : Nous connaissons les procédés malsains de Let US Sleep : employer des pilotes fantoches dont ils paient la licence, mais c’est une première de discuter avec l’un d’entre eux.

R : Je suis une marionnette au destin tragique de mourir sans cesse et sans gloire.  Mais entre nous, je crois que je suis sur la bonne voie, je sens que je me libère des structures culturelles, éducatives et sociales qui bloquent mon identité spirituelle.

Q : Certes. La durée de vie des associés des Sleepers est très courte et vous battez des records de longévité, comment expliquez-vous cela ?

R : J’imagine que je dois ma survie au fait que je leur suis utile, c’est vrai que je suis en sursis. Tu peux arrêter de bouger les oreilles s’il te plaît ? C’est malsain comme trip.

Q : Je vais essayer, mais dites nous plutôt en quoi êtes-vous utile aux Sleepers.

R : L’infiltration est la base de mon activité,  Et puis je combats également, dernièrement c’était aux commandes d’un Rifter, car c’est plus pratique pour se faufiler en low-sec, surtout dans ce système campé presque en permanence par des pirates, j’ai oublié son nom, il y a un soleil rouge sang, un peu comme à Dodixie, mais c’est moins fréquenté, ça fait des reflets mortels sur les ships  et…on parlait de quoi déjà ?

Q : Votre rôle dans la corporation Let Us Sleep. Vous êtes un peu grillé pour l’infiltration avec cette interview, et vous portez depuis peu le Tag des Let us Sleep, ne craignez vous pas pour votre avenir ?

R : Il n’y a pas que l’infiltration, il y a l’observation. Ma mission est accomplie lorsque j’alimente la base de données de leur support d’Intel. Une sorte de logiciel, intelligence artificielle qui me dépasse. Ils nous tiennent grâce à ça. Leur technologie est incontestablement avant gardiste, nous avons tant a découvrir. T’as pas un truc à manger, j’ai super faim ?

Q : Euh, non désolé. Et au sujet de ce logiciel ?

R : Il s’appelle Intelus, il a été conçu par Sleepless Defender, je l’aide à collecter les données, c’est pas pour rien qu’on me surnomme Eagle-les-bons-tuyaux.

Q : Vous vous définissez comme un pantin en sursis, mais alors, quelle est votre motivation pour travailler avec les Sleepers ?

R : Ils vous donnent un truc pour que votre cerveau se connecte à la matrice Intelus, ça aspire toutes les données, tous vos accès, tous vos contacts, ça vous branche via une connexion piratée sur la base de données de CONCORD, ça recoupe tout, et ça vous remet l’esprit à jour.

Q : Je ne comprends pas, ce n’est pas très clair.

R : Tu m’étonnes, c’est comme un flash-update spirituel, ça déchire ! Quand c’est fini, tu n’as qu’une envie…je pense que t’as compris.

Q : Oui, merci Eagle Wood pour cette interview.

R : De rien, tu sais pas où j’ai garé mon ship par hasard ?

Sleeper’s

Q : Bonjour Sleeper’s, vous êtes le CEO de la corporation Let Us Sleep depuis sa création, pouvez vous nous expliquer en quoi consistent vos fonctions et comment cette corporation est-elle organisée ?

R : Le concept même de CEO nous est étranger. CONCORD exige la désignation d’un CEO lors de l’immatriculation d’une corporation, voilà tout.

Q : Mais cela vous donne quand même des pouvoirs, vous êtes bien le dirigeant de Let Us Sleep, non ?

R : Nous sommes les Sleepers, chacun d’entre nous est à la fois lui-même et la somme de tous les autres. Nous n’avons pas besoin de chef. Nous ne sommes pas comme ces humains moutonniers, dont 90% se cachent derrière ceux dont la soif de pouvoir et de richesse est plus forte que la lâcheté et la paresse naturelles.

Sleeper’s. Jamais bien loin du bar.

Q : Quel est le but poursuivi par votre corporation ?

R : Nettoyer le w-space de la pourriture humaine qui le salit. Nettoyer l’esprit des pod-pilots de l’idée qu’il est normal d’entretenir avec l’Univers une relation d’engraissement à sens unique. Plus ils amassent, plus nous leur ferons payer.

Q : Mais que peut une petite corporation comme la vôtre face aux grandes factions et aux alliances de pod-pilotes qui se partagent les richesses de la galaxie ?

R : Plus que vous le le croyez. Certaines nous ont sous estimés, cela leur a coûté cher. Les autres savent à quoi s’en tenir et préfèrent éviter la confrontation : pourquoi croyez qu’aucune d’entre elles n’ait osé à ce jour prendre la souveraineté d’un seul système worm ?

Q : Puisqu’on en parle, on vous reproche souvent de ne vous en prendre qu’à des cibles faciles.

R : Reproche-t-on au lion de s’attaquer à l’antilope plutôt qu’à l’éléphant ?

Q : Mais comment conciliez vous le goût du combat et le massacre d’industriels sans défenses ?

R : Nous n’aimons pas le combat. Nous aimons tuer. Le combat n’est qu’un moyen d’atteindre l’objectif : tuer. Et encore, le combat peut être évité  si la cible a la présence d’esprit de donner ses Isks, avant de devoir donner son sang.

Q : Cette activité implique des pertes, une prise de risques de votre part, cela ne vous gène pas ?

R :  Nous payons rien que pour pouvoir attaquer des adversaires 3, 5, 10 ou 20 fois plus nombreux que nous, croyez vous que nous ferions cela, si perdre des Isks ou des vaisseaux nous posait un problème ?

Q : A ce propos, comment votre corporation finance-t-elle ses activités ?

R : Nous vivons des rançons, des dons reçus de sympathisants et de mécènes, du pillage d’épaves encore tièdes, d’indemnités d’assurance et de la vente de cadavres congelés.

Q : Je vous remercie Sleeper’s d’avoir bien voulu m’accorder cette interview.

R : Mais plus que d’Isks, nous nous repaissons de nourritures spirituelles. Nous nous enivrons des larmes de nos victimes, nous inspirons goulûment leurs derniers souffles.

Q : …

R : Leurs gémissements d’agonie sont la douce mélodie qui accompagne notre séjour dans New Eden.

Q : Je peux m’en aller s’il vous plait ?

Campfire Headphase

Q : Votre recrutement au sein de la corporation Let Us Sleep a surpris pas mal de monde, vu votre manque d’expérience. Pouvez vous expliquer cela ?

R : Je ne vous permets pas de dire que j’ai été recrutée aux seins. C’est vrai qu’il y a eu un entretien d’embauche topless, mais j’ai aussi dû infiltrer l’alliance FFU pour le compte des Sleeper’s.

Q : Qu’est ce qui motive ce parcours ?

R : De quoi ?

Q : Et bien, votre démarche actuelle.

R : Ah ok. C’est la même que sur les podiums : les deux pieds sur la même ligne et tu poses les doigts de pieds avant le talon.

Q : Je voulais dire, pourquoi entrer chez LUS ?

R : Mon agent m’a dit que comme ca, on parlerait de moi. J’étais en perte de bruit médiatique depuis mon élimination de l’Outpost des Célébrités il y a 3 ans.

Q : Donc cette carrière de pirate ne serait qu’un plan média ?

R : Pas du tout, je ne suis plus cette fille superficielle obsédée par mon image dans les médias. J’ai plein de projets concrets !

Q : Ah oui ?

R : Et oui ! Déjà, la chanson. On est en train de caster la chanteuse, mais ça devrait aller vite comme personne ne la verra jamais. Ensuite je viens d’être signée par Ishukone, pour leur prochaine campagne de pub pour les implants cybernétiques : depuis que j’en porte, j’arrive à écrire mon nom en entier. Dernièrement je me suis lancée dans la négociation des rançons, j’adore ! Hekariss écrit des lettres et moi je dois les envoyer à la bonne personne, sans me tromper sinon c’est grave.

Q : Intéressant. Revenons-en aux Let Us Sleep. Vous nous aviez habitués à piloter des vaisseaux rapides et légers, mais on vous a vu en Battleship. Changement d’orientation stratégique ?

R : C’est clair que c’est stratégique de suivre la tendance, mais je préfère quand même les petits trucs près du corps, genre Dramiel.

Q : On parle de votre rivalité avec Emergent pour le rôle de tacleur du mois, vos relations s’en ressentent-t-elles ?

R : On s’entend super bien, y’a pas de problème entre nous, c’est juste qu’en ce moment elle a un petit passage à vide, donc ses performances ne sont plus au rendez vous et elle a pris pas mal de poids, mais on est super copines quand-même.

Q : Vous venez de l’habiller pour l’hiver !

R : C’est le meilleur service que je pourrais lui rendre. Vous savez Emergent est une fille du worm-space, elle n’a reçu aucune éducation fashion, alors ce n’est pas de sa faute si elle ne ressemble à rien. Ca me ferait plaisir de m’occuper de son image, c’est normal on est super copines.

Q : Campfire Headhase, je vous remercie pour cette interview.

R : Non attends. Je tiens également à dire que, pour la sex-tape, c’est même pas moi dessus, et en plus ils m’avaient droguée !

Curaçao Gold

Q :  Bonjour Curaçao Gold, avant toute chose il existe une question fondamentale sur votre prénom : c »est Curaçao ou Curacao ?

R : Curaçao. La touche ç n’existe pas sur les claviers des bureaux d’état civil de New Eden

Q : Vous avez intégré la corporation Let Us Sleep dès les premières semaines de son existence, mais vous avez la particularité d’en être le premier membre à ne pas piloter de vaisseaux caldaris.

R : …

Q : Hum. Et bien à la lecture de votre tableau de chasse, on n’arrive pas à définir si vous pilotez plutôt Amarr ou Minamatar.

R : …

Q : Heu, vous ne comptez pas répondre aux questions ?

R : Techniquement, ce n’étaient pas des questions.

Q : Très bien, je reformule : pour tuer vos victimes, utilisez vous plutôt des ships amarrs ou minmatars ?

R : Oui.

Q : Comment ça, oui ?

R : Pour tuer mes victimes, j’utilise plutôt des ships amarrs ou minmatars.

Q : Mais vous avez sûrement une préférence !

R : Oui.

Q : Bon… Très bien, passons à autre chose : comment définiriez vous votre rôle au sein de la corporation Let Us Sleep ?

R : Avec des mots, éventuellement un schéma. Dites moi, elle est jolie votre montre ! Passez la moi que je la regarde de plus près je vous prie.

Q : Heu oui tenez, mais vite fait, de toutes façons l’interview est terminée, il faut que je parte.

R : Vous êtes venu dans quel ship ?

Q : Heu, en Dramiel, je peux récupérer ma montre s’il vous plait ?

R : Excellent !  Allons voir ce Dramiel de plus près, où l’avez-vous garé ?

Caldari Upholder

Q : Caldari Upholder, nous sommes très honorés de pouvoir interviewer un des piliers de Let Us Sleep !

R : De rien, mais je joue plutôt à l’attaque.

Q : C’est noté. Parlez nous un peu du Caldari Upholder d’avant Let Us Sleep, vous avez commencé votre carrière dans le worm-space ?

R : Forcément comme je suis un Sleeper, alors je jouais en district w-space pendant quelques années, et puis on m’a sélectionné en espoirs et c’est là que j’ai été repéré par Sleeper.

Q : Qu’est-ce qui vous a motivé à quitter votre w-space natal pour découvrir l’Empire et le haut niveau ?

R : Alors déjà je voulais quitter le w-space natal où qu’y se passait rien, déjà pour découvrir l’Empire par rapport à l’ambiance qu’est beaucoup meilleure et surtout pour découvrir le haut niveau qu’est plus haut.

Q : Et comment se sont passés les débuts ?

R : De la balle ! J’ai touché direct mon captain’s quarter avec l’écran plat, la console, le tapis en forme de bête, et après les ships de beau gosse : Drake, Raven et tout !

Q : Mais sur le terrain ?

R : Ah sur le terrain ? Et ben faut que je rester bien concentré, surtout pas s’enflammer, après faut prendre les fights les uns après les autres sans se prendre la tête, on comptera les kills à la fin de la campagne et surtout, surtout, travailler, travailler.

Q : On vous voit souvent à la pointe de l’attaque, avec 13 milliards d’ISKs de préjudice causé…

R : Ouais j’ai des stats de beau gosse, c’est pas mal pour un gars qu’a parti de rien.

Q : Pourtant, après avoir été un homme clé du dispositif Sleeper, vous êtes moins en vue depuis quelques temps : soucis physiques ou vous n’entrez plus dans les plans de votre entraîneur ?

R : Alors là y’a beaucoup de choses qui z’ont été dites et qui m’ont fait souffert. Parce que on est là à parler sérieux alors faut pas oublier que derrière, faut quand même voir à ce que vous disez, je veux dire ceux la qui parlent c’est ceux la qui tirent sur la balance.

Q : Mais comment expliquez vous ce coup de mou actuel ?

R : Non mais y’a pas de coup de mou, c’est juste que, après, par rapport au coup de mou, c’est à moi de prouver que j’ai revenu au plus haut niveau.

Q : Donc il n’y a pas de problème en interne ?

R : Non, en interne ça va tranquille. Après y’a des problèmes qu’on a discuté tranquillement avec le coach, mais derrière faut arrêter d’aller raconter comme quoi j’arrive pas à me lever et que suis en retard aux form-ups et tout, après les gens croivent que je suis un rigolo et tout le monde sont en train de se foutre de ma gueule !

Q : Et à votre avis, comment allez vous remonter la pente ?

R : Alors par rapport à la pente faut que je rester bien concentré, surtout pas s’enflammer, après faut prendre les fights les uns après les autres sans se prendre la tête, on comptera les kills à la fin de la campagne et surtout, surtout, travailler, travailler.

Q : Pour finir, avez quelques petits conseils à donner à nos jeunes lecteurs qui voudraient se lancer dans le combat ?

R : Alors si j’aurais un conseil à donner c’est de bien choisir le ship par rapport au choix du ship. Le meilleur ship c’est celui là qu’est adapté à l’adversaire. Par exemple si le coach y dit comme quoi il faut prendre un ship rapide, tu prends un intercepteur par exemple, mais bon c’est un exemple.

Q : Caldari Upholder, je vous remercie pour cette interview.

R : Ouais tranquille.

10 Réponses to “Mais qui sont-ils ?”

  1. Hello là-d’dans !

    C’est avec joie que j’apprend que Mr Hekariss des îles est toujours vivant ^^ Et c’est aussi avec stupeur que j’apprend qu’Amatt était un spy dans notre vieille corpo 😀
    Bon bref, moi je joue plus depuis longtemps mais c’est toujours bon de regarder tout ça de loin.

    Allez, je vous bise bande de noobs 🙂

    • Bonjour,

      Il reste à ton vieux CEO 1 heure de lucidité par jour, le reste du temps, il fait sous lui en regardant la télé, mais nous conservons l’espoir de capter son héritage 🙂

  2. Ah oui, mater les chiffres et les lettres sur son vieux fauteuil qui sent l’urine, ça lui a toujours plu…

    • Hekariss Says:

      Salut à toi Akaryatrh – la dernière fois que j’ai eu de tes nouvelles, c’était dans la presse, à la rubrique nécro. Je vois qu’encore une fois on nous ment.

      Hélas, j’arrive à la fin de mon heure de lucidité et je vais devoir interrompre cette transmission. Mon seul réconfort est de savoir que pendant les prochaines 23 heures, mes corpmates abuseront l’un après l’autre de mon corps d’éphèbe que j’ai préalablement plombé au H1N1.

      Une bonne grippe ne leur fera pas de mal, mais j’espère être lucide quand ils découvriront que j’ai chié dans la boite de kleenex.

      A la revoyure, camarade !

  3. [гнев и слезы] 😥

  4. Brother bozo Says:

    [гнев и слезы] 😥

  5. Qui êtes-vous essayer de tromper le branleur qui se fait appeler dormeur? Lions et des antilopes? Les intimidateurs et les débutants est ce que vous entendez. Vous êtes un parasite, pas un lion!

  6. Le montage sur Campfire :’)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s